03 juillet 2010

Old, New, Borrowed, Déjà-vu

Something old, something new, something borrowed, something déjà-vu
Frankenstein-movies !

Why bother to be creative, skilled, inspired, to have something to say, to have a world view, to have a personality when all you need to make movies is to copy your predecessors? For over a hundred years, all you need to know to make a plausible movie is how Literature, Theatre and Music work. Most people working in the movie industry are better at other arts while telling themselves they are making cinema. Actually, only knowing how to imitate well is enough. Forge a patchwork of external arts and everyone will think you're a filmmaker because whatever you did was recorded on a film strip... wait, the film strip is not necessary. Just recorded and projected on a big screen then. Wait, the small digital screens will do too. Well, as long as it moves within a standardised rectangle, we'll call that "cinema".

To mask your lack of talent, just borrow somebody else's talent. If you can't find screenwriters who can write original scenarii, borrow from actual writers. Adaptating literature for the screen is always easier than to write your own original scenario. Mettre en scène a film like a theatre play is easier than to create a film-specific mise en scène. Relying on the power of musical art, for its emotional drive, saves you from making things happen on screen on their own without musical cues.

You don't need a rich autobiography, a strong personality, a deep understanding of mankind... all you need is to copy previous authors who have all that.

This is textbook Hollywood, the professionalism, academism, mannerism of the entertainment industry. And the established film journalism believes this is all there is to cinema...

When the habit of stealing reaches state-of-the-art mimicry, the "Tradition of quality" is capable to produce reasonably believable formulaic movies. This isn't cinema, but it's enough to satisfy the expectations of the mainstream audience for its Pavlovian reactions to stereotypical situations. Once you've heard one love story, you've heard them all... Only great authors bring an original angle to it.

Art imitates life. Then art imitates art. Then craft imitates art. Then craft imitates craft. Then imitation imitates imitation and we're far from reality, slipping into a tautological caricature of the previous second-hand caricature.

The recipe for anti-auteur films (all the things that will never make Cinema in and of themselves) :

  • Borrow from History. A universally known story [PUBLIC DOMAIN = Free!]
  • Borrow from world culture : legend, myth, fable, epic heroes, archetypes... [PUBLIC DOMAIN = Free!]
  • Do like George Lucas (Blockbusting) and analyse the DNA of past BO hits to make sure to do everything like they did it, and remake the perfect Frankenstein-blockbuster. [PUBLIC DOMAIN = Free!]

  • Borrow from Literature. Adapt a best-seller that the public already know and love. [Copyright = nominal fee]
  • Borrow from pop culture : comics books, TV series, anime, biopics... [nominal copyrights]
  • Borrow from Cinema. Take the plot structure from a successful movie, and add new details to disguise the remake. [PUBLIC DOMAIN = Free!]
  • Borrow a genre. Repeat a popular formula known to work well in the past. [PUBLIC DOMAIN = Free!]
  • Borrow strong characters, stereotypes, family structures, timelines, events... [PUBLIC DOMAIN = Free!]
  • Borrow phrases. Catch lines, punchlines, running gags. [Grey area copyrights = dodge the lawsuit]
  • Borrow from the future : cliffhanger. Capitalize on the promise of an anticipated follow up, to add value to your ending. [no copyright, no accountability]

  • Borrow scenes, shots, camerawork tricks, lighting, decor from past movies [PUBLIC DOMAIN = Free!]
  • Recycle old productions. Re-use sets, props, accessories from past movies of your own studio [FREE]
  • Borrow famous locations (touristic appeal). Use the exoticism, luxury, historical aura, hype, fame of iconic cityscapes, monuments, landscapes. [Rental fee for exterior shots, higher filming costs but all interior scenes are filmed in studio]
  • Borrow from couture. Costume design and old fashion styles add visual value without creating any filmic art. [Costume designer paycheck]

  • Borrow famous faces (movie star system). Get bankable actors/actresses who made past movies profitable. [Doubles the budget, but is pretty much the only safe bet for a successful BO]
  • Borrow other famous faces. From the music industry, TV, reality TV "stars", internet "celebrities" [less expensive]
  • Borrow cameos. Cheaper use of big stars with an equal buzz potential. [much smaller pay check]
  • Borrow beauty (sex appeal). Pretty newcomers are much cheaper than famous stars, and look good in the trailer. If they don't bring outstanding acting skills, at least they bring the seduction of their physical appearance (models, bodybuilders). [Cheapest pay check]
  • Borrow nudity (sex appeal). Showing nude scenes, erotic scenes makes your film more attractive without any skill/talent required. Celebrity nudity not necessary, but doesn't hurt if you can afford it [1 stripper pay check]
  • Borrow skills from real world. Cast someone who is not part of the world of cinema (no acting skills), with an outstanding talent (sport champion, record holder, martial art fighter, dancer, parkour, base jumping...) [Quite cheap if not a speaking part]
  • Borrow animal cuteness. Animal training to do stuff, always winning the audience (be it on YouTube or in movies). [Animal trainer paycheck]

  • Borrow from the power of musical arts. It doesn't make it more cinematic, but music works as well on the audience as a CD than played in a movie. So why not boost your movie with an extraneous art? [Composer paycheck]
  • Borrow already composed music/popular songs (billboard hits) known to be loved by the public. [Copyright = nominal fee]
  • Borrow from digital arts. Fix everything (lack of mise en scene, poor acting skills, bad plot, clueless editing) with CGI and special FX. [high CPU power and calculating time]

  • Remake a past successful movie (foreign or domestic), with new faces and revamped dialogue [Copyright = nominal fee]
  • Invent a sequel (or a prequel) to a past successful movie of yours [Copyright already owned]

See! you don't need to know how to make cinema, to make an already half-successful movie. With chance and a couple of collaborators who aren't totally useless, you can make a commercial product that the mainstream market will swallow like everything else coming its way. No sweat.

Now find me a movie that has the balls to tell a story to an audience without any of these clutches... That'll make you think twice about the mannerism and "tradition de qualité" of the artfilm circuit (where actual auteurs are trying to create new material with film-specific art, without borrowing from other arts as much as in the mainstream industry).


6 commentaires:

HarryTuttle a dit…

Top10 Worst Movie clichés (cinemassacre, YouTube)

HarryTuttle a dit…

Erwin PANOVSKY, «Style and Medium in the Motion Picture» ; 1947 ; in A Review of Contemporary Art

HarryTuttle a dit…

"[..] je suis bien obligé de constater que le cinéma américain ne représente plus une véritable force, qu'il perdra peu à peu son prestige et sa diffusion et pour cette raison assez simple qu'il est incapable de se renouveler. Il perd le souffle. Au point de vue technique, photographie, sons, découpages, luxe, interprétation, les Américains sont encore très puissants et ils perfectionnent encore tous ces moyens, qui, il faut le souligner, ont, sans aucun doute, une très grande importance pour la production d'un film. Mais cette perfection technique, ils la mettent au service de metteurs en scène qui ne peuvent les utiliser avec plus ou moins de talent que pour des films sans grandeur, sans inspiration et sans véritable valeur artistique. [..] On apportera au cinéma américain des perfectionnements techniques, mais je doute fort que la qualité des films s'améliore réellement. Le public, qui est le grand maître, accepte tout sans protester et sans même manifester le moindre dégoût ou une quelconque lassitude. A sa décharge, il faut signaler qu'il n'a aucun point de comparaison. [..] En résumé, l'on peut écrire que la production américaine de 1931 est quelconque. On ne sent, sauf dans la technique, aucune nouveauté. Il manque au cinéma américain un esprit neuf, une tendance. Les producteurs piétinent. Les metteurs en scène en général semblent prisonniers des formules. Les scénarios sont des imitations d'imitations."
Impasse 1931 (Soupault)

HarryTuttle a dit…

"Imiter dans les beaux-arts, c'est produire la ressemblance d'une chose, mais dans une autre chose qui en devient l'image."
Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy, Essai sur la Nature, le But et les Moyens de l'imitation dans les Beaux-arts, 1823

"Chaque art se définit comme une sorte de tamis de la réalité qui la transforme en représentation. Chaque art se fonde donc sur un 'déficit' vis-à-vis de la réalité et creuse ce déficit à l'aune de son médium propre, de ses propriétés spécifiques. Chercher à surmonter ce déficit ou à y remédier mène à deux sortes d'erreurs : d'une part, rechercher la 'fidélité adultère' qui, à l'exemple du trompe-l'œil dont l'effet d'illusion repose sur l'occultation de médium, dépouille l'art de sa spécificité ; d'autre part, ajouter à un médium les ressources d'un autre art (par exemple, celles de la poésie à la peinture ou réciproquement). Au lieu de rechercher à enrichir ses moyens en empruntant ceux des autres arts ou en mimant l'effet de la réalité, un art atteint la perfection en exploitant ses propres moyens dans ses limites constitutives. Dans la lignée de Lessing, auquel il fait référence, Quatremère de Quincy développe donc une théorie selon laquelle l'art assume une fonction critique au sens où chaque œuvre est digne de l'art auquel elle ressortit si elle opère la stricte circonscription de son domaine."
Dominique Chateau, Philosophie d'un art moderne : le cinéma, 2010

"Il apparut rapidement que le champ de compétence unique et propre pour chaque art coïncidait avec tout ce que la nature de son médium recelait d'unique. La tâche de l'autocritique devint l'exclusion, parmi les effets de chaque art, de quelque effet que ce qu'il serait envisageable de prêter ou d'emprunter à un autre art."
Clement Greenberg, La peinture moderniste, 1960 (traduction de Dominique Chateau)

HarryTuttle a dit…

typical Frankenstein movie : The American (2010/Anton Corbijn/USA)

steal the general tone from Jarmusch's The Limits of Control (2009), part of the plotline from Zimmerman's The Day Of The Jackal (1973), some character elements from Jarmusch's Ghost Dog (1999) and Besson's Léon (1994), the priest confession scene from Kazan's On The Waterfront (1954), and the punchline from Franquin's Les Idées Noires (1977) [Pandan Lagl', Pandan l'œil]...

Now what is original, what is left to credit Anton Corbijn? The lame "Mr Butterfly"? Another useless "disguised remake".

HarryTuttle a dit…

A propos de Like Someone in Love, et le jeu des acteurs non-professionels :

Abbas KIAROSTAMI : "[..] Dans la première séquence, j'ai dit à l'acteur qu'il était 'proxénète', mais il avait une façon de se déplacer qui m'avait effrayé. Dès qu'on donne une étiquette, un statut à un acteur, ils vont chercher leur références dans des clichés de cinéma, et donc ils essaient de donner à voir ce qu'ils ont vu au cinéma. donc je me suis dit, il ne faut pas leur donner de statut à jouer, c'est à moi de voir leur statut d'amoureux ou de presqu'amoureux. C'est l'histoire qui doit faire avancer cette idée-là. Si je leur dis qu'ils sont amoureux, eux veulent jouer l'amour. [..]
En effet, j'admets volontiers le fait que le début n'est pas un début si l'on s'en tient aux règles de cinéma, et la fin non plus n'est pas une fin. J'ai essayé de trouver un début et une fin, mais je n'ai pas réussi. Je crois que la curiosité que l'on a dans la vrai vie, je fais la demande au spectateur de ne pas s'en départir quand ils s'installent dans le fauteuil d'une salle de cinéma. Je trouve que ces fauteuils sont absoluement terribles, parce que je trouve que les spectateurs échangent leur curiosité naturelle contre le ticket q'on leur a vendu avant d'y poser leur derrière.
Quand vous vous asseyez dans un bar, votre oreille vagabonde et va surprendre des conversations qui se déroulent autour de vous. Vous entendez par intermittance et vous commencez à vous demander : 'Est-ce qu'ils sont mariés? Est-ce qu'ils sont frère et sœur? Est-ce qu'ils sont amants?' Pour moi ce qui est intéressant c'est d'avoir le même état d'esprit au cinéma. Moi-même, je souhaite découvrir au cinéma, je ne souhaite pas recevoir des annonces. Donc, naturellement vous entrez de façon très progressive dans l'histoire. Parce que cette conversation que cette jeune fille a avec son petit ami est quelque chose d'extrèmement intime, et on n'a aucune légitimité pour débouler dans cette intimité. Il est normal qu'on y accède avec une certaine distance, une certaine discretion. Il faut qu'on se donne un peu de peine, un peu de curiosité pour y accéder. Je sais que les fauteuils de cinéma ne sont pas prévus pour cet état d'esprit. Je sais que je ne suis pas un réalisateur très populaire. Mais qu'est-ce que je peux y faire? Je fais les films que j'ai envie de voir."

(Hors Champ; France Culture; 12 Sept 2012) [MP3] 45' [Farsi-French] traduit par Massoumeh Lahidji